Accueil | L'actualité des groupes

 

L'actualité des groupes

0 Commentaire

CNCH - Atelier d'imagerie cardiaque - 19/11/2018 à PARIS 14ème

Publié le 25/09/2018


Le Dr P. GARÇON et son équipe souhaitent partager leur expérience de « l'échographe de stress et l'étude de la cinétique dans la pratique du CH de Saint Joseph ».


Ils effectuent à ce sujet un atelier d'échange et de formation le Lundi 19 Novembre 2018 dans leur centre à PARIS (75014).

 

Cette journée est organisée avec le soutien de la société BRACCO.

 

Télécharger PDF

0 Commentaire

CNCH - Atelier d'imagerie cardiaque - 16/10/2018 à COMPIEGNE

Publié le 15/08/2018


Le Dr Patrick MEIMOUN et son équipe souhaitent partager leur expérience de « l’étude de la réserve coronaire en échographie dans la pratique du CH de Compiègne ».


Ils effectuent à ce sujet un atelier d'échange et de formation le Mardi 16 Octobre 2018 dans leur centre à COMPIEGNE.

 

Cette journée est organisée avec le soutien de la société BRACCO.

 

Télécharger PDF

0 Commentaire

Résultats de l'enquête sur le dépistage du Syndrome d'Apnées du Sommeil

Publié le 21/03/2018

Résultats de l'enquête du CNCH
sur le dépistage du Syndrome d'Apnées du Sommeil

 

Bonjour,
 
Nous vous avions récemment sollicités concernant vos pratiques dans le cadre de la prise en charge du Syndrome d’Apnées du Sommeil (SAS) en cardiologie.
Cette enquête fait ressortir :

  • une volonté générale d’améliorer nos pratiques de dépistage du SAS ;
  • des très bons réflexes concernant le dépistage du SAS en cas de symptômes cliniques ou en cas d’HTA
  • un dépistage encore insuffisant en cas d’autres pathologies cardiaques (FA, coronaropathie, insuffisance cardiaque…)

Les principaux freins au dépistage semblent être une méconnaissance de la prévalence importante du SAS dans ces pathologies, le manque d’outils de dépistage de routine et les difficultés d’organisation pratique (délais de polysomnographie encore longs, coordination difficile avec les pneumologues, ...).

Par contre, il existe une excellente efficacité des réseaux multi-disciplinaires mise en place, nous encourageant à mieux développer des filières de prise en charge du dépistage au traitement avec les pneumologues, et les centres du sommeil...
 

Présentation "Le SAS en pratique"


 

Dr Benjamin Richard, CH d'Annecy Genevois

 
 

0 Commentaire

Compte rendu de la session du Groupe Imagerie Non Invasive du CNCH : « TAVI et Mitraclip : comment bien sélectionner les patients ? » (Cardio H 43, D. CZITROM)

Publié le 15/03/2018

Télécharger PDF

0 Commentaire

Place de l’échocardiographie dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque aigüe (CARDIO H 43, S. ANDRIEU)

Publié le 15/03/2018

Télécharger PDF

0 Commentaire

Insuffisance cardiaque droite : quels sont les paramètres utiles de suivi et les perspectives thérapeutiquese (Cardio H 43, E. BERTHELOT)

Publié le 15/03/2018

Télécharger PDF

0 Commentaire

Résultats de TEA-TOAST présentés aux JESFC 2018

Publié le 01/02/2018

Voici les Résultats de TEA-TOAST présentés en HOT-LINE aux Journées Européennes de cardiologie de la SFC 2018.

 

 

Clément Charbonnel, Janvier 2018.

0 Commentaire

Hypercholestérolémie : Résultats de l'enquête

Publié le 17/01/2018

Résultats de l’enquête sur le cholestérol chez le coronarien
 

Les lipides ont été un des thèmes du congrès 2017 et à cette occasion, un sondage vous a été adressé dont voici les résultats. Un grand merci pour les 108 qui ont répondu.

 

  • «le patient doit-il être à jeun pour le bilan lipidique ?» Posée il y a quelques années, la réponse aurait été un oui majoritaire. Mais les recommandations ESC 2016 qui valident le prélèvement non à jeun font leur chemin. Le dogme persiste mais s’effrite : 40% « seulement » des sondés continuent à demander le bilan uniquement à jeun.
  • Après un SCA, les fortes doses de statines sont presque toujours la règle (80%).
  • Un LDL trop bas conduit à diminuer la dose de statines chez la moitié des sondés : le LDL trop bas inquiète. A l’inverse quand le LDL est au-dessus de la cible (0,98g/l dans l’enquête), le traitement reste inchangé une fois sur 3.
  • Le LDL n’est un pas un facteur de risque comme les autres : 67% des médecins se disent moins convaincus par les «cibles» du LDL comparés aux objectifs dans l’HTA par exemple ; la moitié pense avoir été influencée négativement par les campagnes médiatiques contre les statines.
  • L’hypercholestérolémie familiale reste une pathologie méconnue qui conduit rarement à un dépistage familial.

 

Présentation des résultats de l'enquête sur les pratiques actuelles


Olivier Nallet, janvier 2018

2012-2015 © CNCH. Tous droits réservés