Accueil | Le Congrès 2019 | Speed Data Contest

 

Speed Data Contest

Speed Data Contest

 

Chers amis,

Une session de “Speed Data” sous la forme d’un concours (Speed Data CNCH contest) sera organisée comme chaque année au 25ème Congrès qui se tiendra les 14 et 15 Novembre 2019 au Novotel Paris Centre Tour Eiffel.

Les 3 meilleures présentations recevront 1 000 euros.

Pour participer au “speed data CNCH contest”, vous devrez :

  • avoir moins de 40 ans,
  • prévoir une communication < 4 minutes (la présentation peut concerner un cas clinique, une innovation, une organisation
         particulière ou une étude).

Vous trouverez ci-dessous la liste des présentations retenues.


Amitiés
Jean Lou Hirsh, Franck Albert et Loic Belle

 

Communications affichées et orale (speed data)
Congrès du Collège National des Cardiologues des Hôpitaux
Paris – 14 et 15 Novembre 2019

 

HYPERTENSION ARTERIELLE

 

1/ HTA d’étiologie inattendue

M. Yassin1, A. Alloujami1, S. Kouaho1, A. Lefoulon1, M. Missorici1, N. Mendjel2, C. Moini1.

1 Service de cardiologie GHSIF, Groupe Hospitalier sud ile de France, Melun.
2 Service de radiologie GHSIF.

Cas clinique : Il s’agit d’une patiente âgée de 36 ans sans antécédents particuliers, admise en cardiologie pour une poussée d’hypertension artérielle sévère à 210/110 mmHg, inaugurale et associée à des douleurs abdominales et lombaires évoluant depuis quelques semaines. L’examen cardiovasculaire est normal. L’ECG s’inscrivant en rythme sinusal régulier, axe normal, fréquence à 100 BPM, QRS fins avec signes d’hypertrophie du VG. L’echocardiographe est sans particularités, sans hypertrophie.
A l’admission la biologie sanguine montre une hypokaliémie à 2.3 mmol/L et créatinine 57 mmol/L. Le ionogramme urinaire note une kaliurèse conservée à 30 mmol/L, une natriurèse normale à 81 mmol/L et une créatininurie à 4.2 mmol/L.
Le complément de bilan montre un hyperaldostéronisme secondaire avec une aldostéronemie élevée (677 pmol/L après une heure de decubitus) associée à une réninémie élevée (507,0 mUI/L apres une heure de decubitus).
Les metanephrines des urines de 24 H sont normales, Normétanéphrine : 3,65 µmol/24h, Métanéphrine : 0, 60 µmol/24h.
Un scanner abdomino-pelvien montre une formation rétro-péritonéale, antéro-inférieure, du pédicule du rein gauche, mesuré à 76 x 65 x 105 mm, vascularisée, avec envahissement des structures avoisinantes et présence d'une compression modérée sur les deux artères rénales gauches.
La biopsie de la masse solide rétro-péritonéale gauche pose le diagnostic de léiomyosarcome conventionnel de grade 1 selon le système de grading de la FNCLCC. Le bilan d’extension secondaire est négatif.
La patiente est confiée pour cure chirurgicale et traitement adjuvant.
Conclusion : Cas clinique d’une poussée hypertensive artérielle inaugurale chez une patiente de 36 ans révélant un hyperaldostéronisme secondaire par compression des artères rénales gauches via un léiomyosarcome rétropéritonéal.

Légendes :
Figure 1 : Tomodensitométrie abdominale : image de volumineuse tumeur de 10 cm de grand axe évoluant dans la région rétro péritonéale.
Figure 2 : Vue microscopique du léiomyosarcome.
Figure 3 : Vue macroscopique du léiomyosarcome après résection chirurgicale.

*Auteur Correspondant : mohanadyassin4@gmail.com
Pas de conflit d’intérêt.

 

Rythmologie

 

2/ Le « défibrillateur tueur » : Arrêt cardio-respiratoire par choc inapproprié sur déplacement de sonde de défibrillateur automatique implantable.

T.Wajchert*, L. Larnier, P. Chemaly, C. Charbonnel, B. Livarek.

Service de cardiologie, Centre Hospitalier, 78000 Versailles.

Cas clinique : Nous rapportons le cas d’un patient de 69 ans ayant une insuffisance cardiaque ischémique (antécédent d’angioplastie de l’IVA) en fibrillation auriculaire permanente, avec fraction d’éjection ventriculaire gauche à 30%. L’indication prophylactique d’un défibrillateur automatique implantable (DAI) est retenue et le patient est appareillé d’un DAI monochambre sans complication. Quinze jours après l’implantation, lors d’une prière à la mosquée, le patient présente un arrêt cardiorespiratoire. Il reçoit 3 chocs par le DAI, puis 3 nouveaux chocs par le défibrillateur semi-automatique des pompiers et enfin 3 chocs par le SAMU (no-flow 15’, slow-flow 23’) et est admis en réanimation intubé/ventilé sous adrénaline. La coronarographie réalisée en urgence montre un stent IVA perméable sans lésion significative sur le reste du réseau. En revanche, la sonde du défibrillateur n’est pas en place (figure A). L’échographie (figure B) et le scanner (figure C) confirment un déplacement de la sonde du défibrillateur dans la veine cave inférieure. L’analyse des enregistrements endocavitaires permet de retenir l’hypothèse chronologique suivante : déplacement de la sonde du ventricule vers l’oreillette droite favorisée par des mouvements des bras, détection de la fibrillation auriculaire interprétée par le DAI comme une fibrillation ventriculaire (figure D), délivrance de thérapies inappropriées (nombreux épisodes de stimulations anti-tachycardiques et 3 chocs) déclenchant un authentique orage rythmique et un état de choc cardiogénique réfractaire. Le patient est décédé à J3 de défaillance multiviscérale.
Conclusion : Les chocs inappropriés ne sont pas rares, ils concernent 5 à 7% des patients implantés d’un DAI, et le déplacement de sonde survient dans environ 2% des cas. L’abstention de mouvements amples des bras pendant au moins un mois post implantation doit être rappelée aux patients traités par un DAI.

*Auteur correspondant : thibaut.wajchert@aphp.fr
Pas de conflit d’intérêt.

 

3/ Implantation de pacemaker compliquée de pyoderma gangrenosum

P. Frey1*, A.C Bing2.

1 Département de cardiologie Centre Hospitalier Annecy Genevois 74370.
2 Département de dermatologie Centre Hospitalier Annecy Genevois 74370.

Mots Clés : Pyoderma Gangrenosum, pace maker, prothèses cardiaques implantables, complication
Key Words : Pyoderma Gangrenosum, pace maker, CIED, complication
L’infection de loge après implantation de pacemaker (PM) est rare (<1% des procédures) mais potentiellement grave. Pyoderma gangrenosum (PG) est une dermatose aseptique inflammatoire, qui a une présentation similaire à l’infection de loge ce qui retarde souvent le traitement spécifique et aggrave le pronostique. Peu de cas de PG ont été décrits après implantation de pacemaker.
Examen : Un homme de 93 ans a été implanté d’un pacemaker pour bloc auriculo-ventriculaire et insuffisance cardiaque. Au 5e jour, il présente une douleur au niveau de la loge avec saignement de la cicatrice. Au 7e jour il présente une fièvre à 39°C, un syndrome inflammatoire important (leucocytes 56 G/L, PNN 41 G/L, monocytes 13 G/L, CRP 247 mg/L), la plaie est ulcérée, très inflammatoire, douloureuse, suintante, aux bords nécrotiques, d’évolution rapide (Figure 1). L’antibiothérapie est débutée après extraction du matériel et envoi en bactériologie. Les prélèvements sont négatifs, l’avis dermatologique est en faveur d’un pyoderma gangrenosum, diagnostic confirmé par l’analyse histologique qui retrouve un important infiltrat inflammatoire composé de neutrophiles (Figure 2). Un traitement par corticoïdes à forte dose est débuté le lendemain de l’extraction et les antibiotiques sont arrêtés. L’évolution est favorable après 1 semaine de corticothérapie. Après 3 mois de corticothérapie à dose décroissante on observe une cicatrisation complète et une normalisation du bilan inflammatoire (Figure 3). L’analyse de la formule sanguine initiale (monocytes 2,23 G/L) est en faveur d’une leucémie myélomonocytaire chronique, mais le patient a refusé les investigations comme le myélogramme. Il refuse aussi l’implantation d’un nouveau PM y compris sans sonde.
Discussion : PG est une dermatose inflammatoire neutrophilique aseptique rare dont la physiopathologie est complexe et non totalement comprise. Il et est déclenché dans 25% du temps par un traumatisme mineur comme une incision chirurgicale (phénomène de pathergie). Il est associé dans plus de 50% des cas à une pathologie inflammatoire systémique ou une hémopathie maligne et le pronostic est péjoratif, jusqu’à 30% de décès dans certaines séries. Conclusion : PG est une complication de loge de PM rare et doit être évoqué devant une ulcération aseptique non contrôlée par les antibiotiques. Le traitement est basé sur les corticoïdes systémiques et l’explantation du matériel n’est pas obligatoire.

Légendes :
Figure 1 : Cicatrice du pacemaker J7 de l’implantation.
Figure 2 : Analyse histologique de la lésion : grossissement 400 coloration HES, atteinte du derme par un infiltrat inflammatoire polymorphe, à large prédominance de polynucléaires neutrophiles.
Figure 3 : Cicatrisation complète de la loge du pacemaker après 3 mois de corticoïdes.

*Auteur Correspondant : freypierre@hotmail.com
Pas de conflit d’intérêt.

 

4/ Stimulation ventriculaire droite : êtes-vous sûr de toucher le septum ? Evaluation de la position exacte des sondes de stimulation et de défibrillation ventriculaires droites en scanner.
Recherche de critères ECG spécifiques d’une stimulation septale.

C. Blondel*.

Service de Cardiologie, Centre Hospitalier 17410 La Rochelle.

Introduction : Lors de l’implantation, le septum est généralement le site de premier choix pour la stimulation du ventricule droit (VD), en raison de moins d’effets secondaires et moins d’asynchronisme que la stimulation apicale. Différents critères ont été décrits pour aider au positionnement de la sonde sur le septum VD, reposant sur la fluoroscopie et l’électrocardiogramme (ECG) 12-dérivations de surface. Cependant, ces critères semblent insuffisants puisqu’un nombre significatif de sondes présumées septales ne sont pas réellement positionnées sur le septum.
Objectifs : Nous avons comparé la position supposée de la sonde VD après implantation, telle que rapportée dans le compte-rendu opératoire, à la position effective déterminée par scanner. Nous avons ensuite recherché des critères ECG et radiologiques spécifiques d’une position septale de la sonde de pacemaker ou de défibrillateur cardiaque.
Matériels and méthodes : Notre étude observationnelle rétrospective au Centre Hospitalier de la Rochelle incluait tous les patients implantés d’un dispositif cardiaque et qui ont ensuite bénéficié d’un scanner thoracique pour raisons cliniques, de janvier 2005 à décembre 2017. La position des sondes était analysée par scanner, comparée au compte-rendu opératoire, puis corrélée aux ECG et aux images radiologiques.
Résultats : 158 patients étaient inclus, 123 porteurs d’un pacemaker et 35 d’un défibrillateur. Seules 21% (23/115) des sondes VD présumées septales sont réellement positionnées sur le septum. 57 des 75 radiographies thoraciques obliques antérieures gauches montrent une sonde à orientation postérieure. 104 ECG 12-dérivations et 19 ECG 6-dérivations étaient disponibles et analysés. 15 patients (78,9%) du groupe avec sonde septale (groupe S) présentent un aspect d’onde R exclusive en dérivation DI contre 17 patients (34,7%) du groupe avec sonde antérieure (groupe A) (p<0,001). 12 patients (63,2%) du groupe S ont une onde R exclusive en aVL contre 9 patients (18,4%) du groupe A (p<0,001). 4 patients (21,1%) du groupe S présentent un aspect qS en dérivation DIII et 5 patients (26,3%) un aspect qrS en DIII, aspects qui ne sont retrouvés chez aucun patient du groupe A (respectivement p=0,005 et p=0,001), ni du groupe avec sonde apicale ou inférieure (groupe I) (respectivement p=0,035 et p=0,014). En comparaison au groupe S, une plus grande proportion de patients du groupe I présente un aspect d’onde Q exclusive en DII (91,3 vs. 15,8%, p<0,001) et en aVF (91,3 vs. 21,1%, p<0,001). 14 patients (73,7%) du groupe S présentent une onde Q exclusive en aVR contre 2 patients (8,7%) du groupe I (p<0,001).
Conclusion : Lors de l’implantation d’une sonde VD, seule une minorité de sondes est réellement positionnée sur le septum comme voulu par l’opérateur. Ce positionnement peut être guidé par des critères électrocardiographiques.

*Auteur Correspondant : carole.blondel@club-internet.fr
Pas de conflit d’intérêt.

 

Maladies Coronaires

 

5/ L'intérêt de l'OCT dans un l’infarctus du myocarde avec sus décalage du segment ST+

R. Bensaid*.

Service de cardiologie, Centre Hospitalier, 28000 Chartres.

Cas clinique : Il s’agit d’un patient de 37 ans qui nous est adressé par le SAMU pour un infarctus avec sus-décalage du segment ST inférieur vu à la 3ème heure. Il a comme antécédent un infarctus du myocarde inférieur en 2010 traité par un stent sur la coronaire droite distale. Ses facteurs de risque cardiovasculaire sont un tabagisme actif, la consommation de cocaïne avec une notion d’arrêt de tous ses traitements depuis plusieurs mois. La coronarographie effectuée en urgence retrouve une thrombose intrastent de la coronaire droite distale. Une attitude MIMI (minimalist immediate mechanical intervention) est décidée après reperfusion de l’artère. Une imagerie endocoronaire (tomographie à cohérence optique OCT) est réalisée à J2, qui retrouve du thrombus intra-stent et une mal apposition de la maille proximale du stent probablement aggravée par la dilatation au ballon et par le passage de la sonde de thrombo-aspiration. Le patient sort sous bi-antiagrégation plaquettaire.
Il bénéficie d’une nouvelle coronarographie avec OCT à 1 mois, avec la décision de réaliser une angioplastie intra-stent. Lors de la procédure, grâce au contrôle OCT on remarque que le guide passe à deux reprises sous la 1ère maille du stent. L’OCT nous permet de repositionner le guide dans la bonne lumière puis d’effectuer notre angioplastie finale au stent actif (Orsiro 3.5 x 9 mm).
Conclusion : Ce cas clinique nous montre l'intérêt de l'OCT dans le cadre de la prise en charge d'une thrombose de stent qui a notamment permis d'éviter un crush de l’ancien stent.

*Auteur Correspondant : bensaid.red@gmail.com
Pas de conflit d’intérêt.

 

6/ Score calcique coronaire > 1000 : coronarographie d’emblée ?

V. Humeau*.

Service de Cardiologie, Centre Hospitalier, 89000 Auxerre.

Introduction : l’évaluation du risque cardiovasculaire est un véritable défi. Les facteurs de risque cardiovasculaire et score de risque (SCORE, Framingham) sont peu performants pour prédire les événements coronariens. Le score calcique est un outil performant pour déterminer le risque cardiovasculaire des patients à risque intermédiaire. Il s’agit d’un puissant prédicteur d’évènements coronariens. Les patients avec score calcique > 1000 ont un athérome coronaire le plus souvent diffus, sévère et tritonculaire. Les tests d’ischémie et notamment la scintigraphie myocardique peuvent être pris à défaut chez ces patients. L’objectif primaire de notre étude était d’évaluer dans une population de patients asymptomatiques à risque cardio-vasculaire intermédiaire et avec un score calcique > 1000, la proportion des patients ayant au moins une sténose coronaire significative en coronarographie et donc répondre à la question « faut-il faire une coronarographie d’emblée en cas de score calcique > 1000 ? ». L’objectif secondaire était d’individualiser des sous-groupes de patients pour lesquels le risque d’avoir au moins une sténose coronaire significative était significativement plus important.
Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude monocentrique, rétrospective, menée au CH d’Auxerre du 1er janvier 2013 au 31 mars 2018. Les patients inclus étaient des patients asymptomatiques à risque cardio-vasculaire intermédiaire, avec un score calcique > 1000 et pour lesquels une coronarographie d’emblée, sans test d’ischémie préalable a été réalisée. Le score calcique était réalisé pour « stratification du risque cardiovasculaire ».
Résultats : 90 patients ont été inclus avec un âge moyen de 67,6 +/- 5,6 ans. Le score calcique moyen était de 1963,6 +/- 282,5. Il y avait 57,8% de diabétiques, 66,7% d’hypertendus, 60% de dyslipidémiques et 9% de tabagique actif. Les patients qui avaient au moins une sténose significative étaient significativement plus jeunes (66,0 +/- 7,3 ans ; p = 0,0097) et avaient un score calcique significativement plus élevée (2175,3 +/- 1482,4 ; p = 0,002). 67,8% des patients avaient au moins une sténose significative et ils étaient majoritairement pluritronculaires (59%). 19 patients avaient une occlusion coronaire chronique. L’IVA était l’artère majoritairement revascularisée (44 patients). 73,8% des patients étaient revascularisés par angioplastie et 26,2% par pontage aorto-coronarien. 6.7% des patients revascularisés pat angioplastie ont nécessité un Rotablator. Les patients <65 ans et ceux avec un score calcique > 2000 avaient significativement plus de sténose significative avec respectivement 86,6% ; p = 0,0067 et 88,5% ; p = 0,0074. Le sexe, le diabète, l’HTA, la dyslipidémie ainsi que le tabagisme n’étaient pas indépendamment associés à un risque significativement plus élevé de sténose significative.
Conclusion : 67,8% des patients avec score calcique > 1000 avaient au moins une sténose coronaire significative en coronarographie. Les patients < 65 ans et ceux avec score calcique > 2000 ont un risque significativement plus important d’avoir au moins une sténose significative et peuvent justifier une coronarographie d’emblée sans test d’ischémie préalable. 100% des patients qui avaient un score calcique > 2000 et < 65 ans avaient au moins une sténose significative. Pour les autres patients, on s’orientera vers un test d’ischémie préalable.

*Auteur Correspondant : vincent.humeau@yahoo.fr
Pas de conflit d’intérêt.

 

7/ Facteurs associés à une lésion coronaire multitronculaire : étude cas-témoin

LR Ramiandrisoa1*, NA Randriamihangy2, RO Rakoto Sedson3, N. Rabearivony1.

1 Service de Cardiologie, CHU Befelatanana, Mahamasina, Madagascar.
2 Service de Cardiologie, CHU Mahavoky Atsimo, Mahajanga, Madagascar.
3 Service de Cardiologie, CHU Morafeno, Toamasina, Madagascar.

Introduction : Le caractère multitronculaire des lésions coronaires constitue un marqueur de haut risque de décès devant un infarctus du myocarde. L’objectif de cette étude était de déterminer les facteurs associés à ce type d’atteinte au cours d’une coronaropathie.
Méthodes : Nous avons effectué une étude cas-témoin rétrospective portant sur une période de 39 mois allant du mois de mars 2014 au mois de mai 2017. Ont été inclus, les patients présentant au moins une lésion coronaire significative.
Résultats : Soixante-quatre patients ont été inclus. Les signes évocateurs d’une atteinte multitronculaire étaient l’antécédent d’angor d’effort (p=0,037), la présence de dyspnée (p=0,045) et l’atteinte de la coronaire droite (p=6.10-7). Quatre facteurs de risque étaient incriminés : l’HTA (OR = 2,565), le diabète (OR=5,25), la dyslipidémie (OR=5,25) et la fréquence cardiaque de repos supérieure à 80 battements par minute (OR=2,9615). L’OR ajusté avait permis de conclure que le premier facteur de risque était le diabète.
Conclusion : La connaissance des facteurs de risque et des signes évocateurs d’une atteinte coronaire multitronculaire permet d’anticiper la gravité de ce type de lésion tant sur le plan préventif que curatif.
Mots-clés : Coronaropathie, Multitronculaire, Madagascar.

*Auteur Correspondant : ritchyram@yahoo.com
Pas de conflit d’intérêt.

 

8/ Une tamponnade pas comme les autres

J. Nicoleau1,2, A. Meilhac2, F. Targosz3, F. Georger1.

1 Service de cardiologie, Centre Hospitalier de Béziers, 34525 Beziers Cedex.
2 Service de cardiologie, Hopital Arnaud de Villeneuve, CHU de Montpellier, 34000 Montpellier.
3 Service de cardiologie, Hôpital Saint-Jean, 66000 Perpignan.

Cas clinique : Un homme de 71 ans sans antécédent cardiaque est hospitalisé pour état de choc brutal. Ses antécédents sont des adénocarcinomes prostatique et Lieberkhunien de bon pronostic. L’échographie réalisée à la prise en charge montre une tamponnade avec une image anéchogène proche de l’artère pulmonaire (AP) (Figure 1). Un scanner thoracique montre une masse de 5 cm aux bords calcifiés accolée à la paroi antérolatérale du ventricule gauche (VG) et de l’AP, ne prenant pas le contraste (Figure 2). Après drainage et stabilisation hémodynamique, la coronarographie révèle une fistule naissant de l’IVA proximale elle-même comprimée par cette masse (Figure 3). L’IRM et le scanner confirment la fistule coronaro-pulmonaire (FCP) entre l’IVA et l’AP. La masse ne prend pas le contraste (Figure 4). Le traitement retenu est l’exérèse chirurgicale sous circulation extra corporelle. La masse est un anévrisme contenant du vieux thrombus. L’examen anatomopathologique ne montre pas de signes de malignité.
Discussion : Les FCP peuvent être congénitales, le plus probable dans le cas présent, ou acquises après pontage coronaire, transplantation cardiaque, angioplastie, biopsies, traumatisme. Elles sont asymptomatiques dans la majorité des cas. Lorsque le débit est important, les patients peuvent développer insuffisance cardiaque, angor, arythmie, endocardite, rupture avec tamponnade. Les anévrismes sont associés aux FCP dans seulement 1.2 à 4.9% des cas.
La coronarographie était initialement le gold standard pour déterminer l’origine et le trajet des fistules, mais l’approche multimodale avec notamment l’IRM et l’angioTDM avec reconstruction 3D permet d’affiner le diagnostic et de mieux orienter la prise en charge.
Les fistules larges et/ou symptomatiques sont traitées soit par chirurgie conventionnelle, soit en cardiologie interventionnelle selon l’expérience des centres.

Légendes :
Figure 1 : ETT en coupe parasternale petit axe (A : tronc de l’AP; B : paroi antérolatérale du VG; C : masse)
Figure 2. : Scanner thoracique injecté (A : épanchement péricardique; B : masse avec calcifications périphériques)
Figure 3. : Coronarographie (A : FCP; B : masse; C : IVA refoulée par la masse)
Figure 4. : Scanner cardiaque (A : tronc de l’AP; B : FCP; C: masse)

*Auteur Correspondant : jean.nicoleau.34@gmail.com
Pas de conflit d’intérêt.

 

Cardiologie clinique

 

9/ Prognostic evaluation of cardiac muscular dystrophy

T. Levasseur1, T. Le Tourneau2, C. Selton-Suty3, J. Costa1, R. Jaussaud4, Q. Labarre5, B. Gilbert-Dussardier5, G. Guyader5, C. Bouleti6, R. Garcia5.

1 University Hospital of Reims, Cardiology and Vascular Diseases, 51100 Reims, France.
2 University Hospital of Nantes, Cardiology and Vascular Diseases, 44000 Nantes, France.
3 University Hospital of Brabois, Cardiology and Vascular Diseases, 54000 Nancy, France.
4 University Hospital of Brabois, Internal Medicine and Immunology, 54000 Nancy, France.
5 University Hospital of Poitiers, Cardiology and Vascular Diseases, 86000 Poitiers, France.
6 Hospital Bichat-Claude Bernard, Cardiology and Vascular Diseases, 75018 Paris, France.

Patients with type 1 muscular dystrophy (MD1) exhibit a poor prognosis related to cardiac involvement. Left Ventricular (LV) dysfunction with LVEF<50% is strongly associated with mortality but appears in the late stages of the disease. LV global longitudinal strain (GLS) may predict cardiovascular events in asymptomatic patients. The aim of this study was to evaluate the prognostic value of GLS in a multicentric cohort.

Between 2008 and 2017, consecutive patients with DM1 and at least 1 echocardiography with GLS were retrospectively included in 4 French referral centers. The primary endpoint (PE) was a composite of : cardiovascular death, sustained ventricular tachycardia or atrial fibrillation, high degree of conduction disorder, LVEF<50%, hospitalization for heart failure or implantation of pacemaker or defibrillator.
Two hundred and twenty four patients (123 women, mean age 43.7 years) were included with an average follow-up of 751 days. The PE was reached in 34 patients (15.2%). GLS was significantly impaired in patients who achieved the PE as compared with patients free of events (16.8±3.6% vs. 18.7±2.7% respectively, P=0.006). After analysis of the ROC curve, the probability to reach the PE was significantly increased in patients with GLS<18%. Using this threshold of 18% in the multivariate analysis, we found that GLS was the only factor associated with the composite outcome (P=0.006), while LVEF was not. Moreover, survival with a follow-up until 5 years, was significantly increased in patients with GLS≥18% as compared with patients with GLS<18% (78.9% vs. 46.8% respectively, P=0.006) (Figure).
LV GLS is associated with cardiovascular events in asymptomatic MD1 patients with a threshold of -18%.

 

DIVERS

 

10/ Endocardite infectieuse à Aggregatibacter Actinomycetemcomitans : rapport de cas

C.Su1*, D. de Zuttere2, P. Garrigues1, A. Mathieu1.

1 Médecine Interne, Institut Hospitalier Franco Britannique.
2 Cardiologie, Institut Hospitalier Franco Britannique.

Introduction : Aggregatibacter Actinomycetemcomitans (AA) est un bacille gram négatif de la flore buccale. L’endocardite infectieuse à Aggregatibacter Actinomycetemcomitans (AA) est l’endocardite la plus fréquente du groupe des HACEK. Elle est une infection rare et difficile à diagnostiquer en raison notamment de symptômes cliniques inconstants et d’un délai d’incubation long des hémocultures. Nous rapportons une observation d’endocardite infectieuse à AA compliquée d’embols cérébraux.
Observation : Un patient de 72 ans a pour principaux antécédents de bioprothèse aortique, diabète de type 2 sous metformine, insuffisance rénale chronique avec créatinine autour de 130µmol/L et anémie normocytaire chronique, un pic IgA lambda, des polypes adénovilleux en dysplasie rectocolique et oesophagite peptique exulcérée. Le patient est hospitalisé en juin 2018 pour déséquilibre du diabète sur le mode cétosique, insuffisance rénale aigue sur chronique, anémie aigue sur chronique avec explorations par endoscopie haute et basse sans saignement, un myélogramme objectivant carence en vitamine B12, syndrome inflammatoire biologique avec TDM thoracoabdominopelvien, panoramique dentaire sans particularité. L’épisode est résolutif en hospitalisation. Il est réhospitalisé en aout 2018 dans un contexte de fortes chaleurs pour insuffisance rénale aigue avec créatinine à 608µmol/L et urée à 34mmol/l sans trouble de la conscience, une anémie microcytaire à 4.6g/dL, un syndrome inflammatoire avec CRP 111mg/L. Le bilan initial d’anémie est complété par une vidéocapsule objectivant quatre angiodysplasies du grêle proximal non hémorragiques, le patient est transfusé de six culots globulaires. Après hydratation parentérale, la créatinine reste autour de 320µmol/L. Le bilan rénal pose le diagnostic de glomérulonéphrite rapidement progressive post infectieuse. Le bilan infectieux retrouve une hémoculture de juin 2018 positive à AA à 3 jours et 6 heures, mais considéré faux positif, puis trois paires d’hémocultures sont positives à AA après temps de culture entre 1 jour et 13 heures et 3 jours et 6 heures. Une échographie transthoracique complétée d’une transoesophagienne n’objective pas de lésion endocarditique, le PET scan avec coupes centrées cœur est sans particularité, le dentascan est normal. Le patient présente une crise convulsive pendant l’hospitalisation faisant pratiquer un scanner cérébral et électroencéphalogramme, normaux. Le patient est traité par ceftriaxone (2g) levofloxacine (250mgx2) puis modifié par amoxicilline (500mgx3) devant des examens négatifs. Dans un second temps, des échographies cardiaques transthoracique et transoesophagienne sont réalisées à J 15 des premiers, objectivant un abcès de la valve aortique, puis infirmé à la relecture. L’IRM cérébrale objective deux embols septiques. Le diagnostic d’endocardite est retenu sur les critères de Duke. Le traitement par Ceftriaxone-levofloxacine est repris. Après RCP, l’indication chirurgicale n’est pas retenue. Le patient est transféré en réhabilitation cardiaque, avec bonne évolution.
Discussion : Le diagnostic d’endocardite infectieuse à AA est rare. Le délai moyen de diagnostic est de 13 semaines [1]. L’insuffisance rénale est présente dans 14% des cas [1], l’anémie dans la majorité des cas entre 60-88% [1,2], l’hématurie est décrite dans 45% d’une cohorte [2]et se complique d’embols fréquemment 29.5% [1]. L’échographie cardiaque peut être normale, 14% à 50% [1,2]. Le taux de survie est élevé autour de 82% [1].
Conclusion : La présentation clinique d’une endocardite à AA est très variable. Des examens notamment échographies cardiaques transthoracique et oesophagienne n’éliminent pas le diagnostic, et doivent être répétés en cas de suspicion et notamment en cas d’hémocultures positives.
Bibliographie :
[1] Paturel, L. et al. Actinobacillus actinomycetemcomitans endocarditis. Clinical Microbiology and Infection, Volume 10, Issue 2, 98 – 118
[2] C.Y Wang, et al. Invasive Infections of aggregatibacter Actinomycetemcomitans. J Microbiol Immunol Infect 2010 ;43(6) :491-497

 

11/ Conciliation médicamenteuse d’entrée réalisée par un binôme infirmière/pharmacien en cardiologie : quels bénéfices pour le service ?

L. Gallay1*, A. Serena1, J. Arcizet1, N. Guillemot2, V. Pellicioli2, M. Meyer2, E. Bedoussac2, S. Corbel2, Y. Valy2, B. Le Franc1.

1 Service de Pharmacie, Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, 17000 La Rochelle.
2 Service de Cardiologie, Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, 17000 La Rochelle.

Introduction : Afin de pallier le manque de temps médical et les difficultés rencontrées par le service d’hospitalisation de semaine de cardiologie dans l’élaboration des bilans médicamenteux (BM) d’entrée, un binôme infirmière diplômée d’état (IDE)/pharmacien dédié à une activité de conciliation médicamenteuse (CM) a été mis en place. Lors de l’accueil du patient, l’IDE établit son BM avant qu’il soit validé par le pharmacien pour mise à disposition comme support de prescription.
Objectif : Cette étude a pour but d’évaluer l’intérêt et l’impact de cette activité de CM sécurisant la prise en charge médicamenteuse des patients. Matériel et méthode : Un bilan d’activité à un an a été effectué. Nous avons également comparé la Durée Moyenne de Séjour (DMS) ainsi que le nombre d’hospitalisations de jour (HDJ) avant et après mise en place de l’activité. Enfin, les résultats d’une enquête de satisfaction diffusée auprès des 6 médecins et 15 IDE du service ont été analysés.
Résultats : En un an, 2120 BM ont été réalisés soit 86% de patients conciliés, 77% d’entre eux ont été utilisés par les médecins. En moyenne, 3,5 sources d’informations sont utilisées par BM avec toujours un entretien patient. Le taux d’HDJ est passé de 11,2% à 16,1% (p<0,001) après mise en place de la CM. La DMS a diminué de 1,48 jour à 1,29 jour (p<0,0001), réduisant le coût moyen remboursé par l’Assurance Maladie de 2417€ à 2189€. Les résultats du questionnaire de satisfaction auquel tous les médecins et 12 IDE ont répondu montrent un gain de temps médical estimé à 4,7 heures par semaine. Avant mise en place, 67% des médecins et 90% des IDE éprouvaient des difficultés pour réaliser une prescription ou une administration sûre, aucun médecin et 17% des IDE depuis. Près de 70% des médecins et 40% des IDE déclaraient avoir été confrontés à des erreurs médicamenteuses contre respectivement 14% et 0% après mise en place. La totalité des médecins et 92% des IDE déclarent être satisfaits du délai de mise à disposition du BM et de la prescription.
Discussion/Conclusion : Le déploiement de la CM a sécurisé la prise en charge médicamenteuse des patients tout en apportant un réel gain de temps médical. Cette activité a permis de diminuer la DMS au profit des séjours d’HDJ grâce à la mise à disposition de BM fiables réduisant les délais de prescription. Ces BM servent également de support aux médecins pour la réalisation d’ordonnances de sortie exhaustives. Cette organisation reposant sur une coordination pluri-professionnelle a augmenté l’efficience de la prise en charge des patients.

*Auteur Correspondant : Laure.GALLAY@ch-larochelle.fr
Pas de conflit d’intérêt.

2012-2015 © CNCH. Tous droits réservés